Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2008

Trilogie anomale...

 

Le livre de l'anomalie, rédigé en prose poétique - est le récit d'un sauvetage et deviendra, sans doute - celui d'une évasion.

Dans la narration, l'auteur s'est adressé à une personne nommée Anomalie - dont il se fait rapidement l'interprète, puisque modelée par son isolement, celle-ci pratique une langue étrange et ininterrompue...

Dans son parcours d'écriture,
Marie-Gabrielle Montant rejoint son personnage - "du présent au présent par le don" qu'elle lui aura fait d'elle-même, d'une femme à l'autre - ou d'un sentiment de perdition, à la certitude d'un salut.

Ce texte est la traduction d'un symbolisme fort, en quête d'une femme virtuelle mais vitale, par le dépassement des images, évocateur de ce qui séparerait Eve, de Marie - et d'avantage de ce qui les unit.


Le livre de l'anomalie récite un système de valeurs non établies ; ce faisant, il crée un vecteur de lumière intérieure, apte à la sauvegarde de la vie - avec l'implication de mourir à soi-même. Il nous ferait prendre la vague - sûrs, qu'arrivés au large, une terre nous aurait souri - d'une énième dimension encore bien réelle. Ce petit livre en volume n'est pas à chevaucher - étant déjà un premier pas - vers l'avenir, que l'on choisit de faire ensemble, dans la solitude de la lecture. 

A travers son tout premier livre, la voix de l'anomalie s'est frayé un passage vers le large de ses autres mots... Le nouvel espace oriente - encore vierge, sa recherche de style - tandis qu'une poésie prodigue la structure et le support nouveau qui la transportent. Tout est alors permis : une plénitude de l'enfant, de l'instant - emplit sa suite heureuse, puisqu'approchait sa fin d'une quête navigable, franchissant déjà l'horizon visible du seul univers secret... A mi-parcours ouvrira donc la voie des mots à son autre, grandeur nature - dont la rencontre se parachève Au milieu des chants.

 

 

16/01/2008

Progression douloureuse...

 

 

da1cf7511baa5cec6f194b49d63cd305.jpg

 

 

 

- J'ai refermé le livre - en pages d'à côtés - libre de votre amour, à l'étole du vide - gageant de son appât qu'il écoeurait l'envie de fondre, en d'épais manteaux - ce qui s'enguirlande... En allait-il d'une beauté profonde ?

- Quand je m'ouvre, je ne sais plus si c'est pour t'accueillir, ou bien pour accoucher de toi. Je ne suis plus, dans la lumière de cosse ouverte, qu'un marron chaud offert à la chaleur des cimes... Je t'aime.  

- Petit poussin anxieux des armées volatiles... tu formas bien un voeu, critique au sacre bleu - du centre d'une idylle à l'abîme anguleux. J'ai envie d'être tendre auprès d'un amoureux... 

- Tes lèvres envers le mal ont cet esprit peureux, dispendieux d'une rose, au son mélodieux. Progression douloureuse... cri, miséricordieux.

"...ce qui sera trop lourd là-bas, ne le serait donc pas ici", intervient la voix si petite. Irréprochable...



* * *

 

La voix si petite

 

 "...ce qui sera trop lourd là-bas, ne le serait donc pas ici", intervient la voix si petite. Irréprochable...

 

 
 
fbea9149f8472bc246f3fbf7778d238c.jpg

 

 

 

14/01/2008

...un cousin ?

 

ca0b543fb3dc445fd5edae04868d5770.jpg

 

 Saint Jean-Baptiste

 

Leonardo da Vinci

 

 

Tes lèvres

 

- Tes lèvres envers le mal ont cet esprit peureux, dispendieux d'une rose, au son mélodieux. Progression douloureuse... cri, miséricordieux.

 

a941b173bbaae953c03737d6f0ce6859.jpg

 

 

13/01/2008

Tendre

 

- Petit poussin anxieux des armées volatiles... tu formas bien un voeu, critique au sacre bleu - du centre d'une idylle à l'abîme anguleux. J'ai envie d'être tendre auprès d'un amoureux... 
 

 

 

b00c7a690033e67a86f39f40c5790985.jpg
 
 
 

06/01/2008

Je ne suis plus...

 

8a80f9a554b92fc1da2e9317188e483a.jpg

 

- Quand je m'ouvre, je ne sais plus si c'est pour t'accueillir, ou bien pour accoucher de toi. Je ne suis plus, dans la lumière de cosse ouverte, qu'un marron chaud offert à la chaleur des cimes... Je t'aime. 

 

 

 

20/12/2007

Un glacier marsien

 

d624429340db06ad8b2c802659a499ed.jpg
 
 
 
 

19/12/2007

Mars au plus près

 

44d474ba0d3431c4f53134fde37169fb.jpg

 

 

 

28/11/2007

Avent

c3fc896d462aa18670039c84bf8d3461.jpg

 


 

Appât...

 
 
f3171b839eb2bd98ffa65bafe3356021.jpg
 
 
 

- J'ai refermé le livre - en pages d'à côtés - libre de votre amour, à l'étole du vide - gageant de son appât qu'il écoeurait l'envie de fondre, en d'épais manteaux - ce qui s'enguirlande... En allait-il d'une beauté profonde ?

 

 

26/11/2007

Vous ?

 

b1a7fc80d9a26ab5a9468779a228d291.jpg
 
 
 
 
Fille de père
 
 
 
 

"Elle"... n'aurait rien à voir.

 

La petite fille n'avait rien eu à voir, dans la brutalité d'essences - un biais vertigineux, ou la cisaille de l'antre - un, seul, déprimé, abandonné - à son dieu.

"Viens..." - murmurait sa gueule ouverte, les jambes - froides, priant d'y engloutir un avenir du monde...

"On ne papote pas sur l'avenir du monde..." - répète un père qui, dans la fronde aurait grandi les armes et, crépitant le seuil encore tout engourdi, là, juste à côté d'elle - et puis, de qui la gronde - hautement souri. 

(Humm... le métier est trop dur ! Le petit bout de terre... sera-t-il donc honni ?)

L'enfant lit à son père - encore tout ébahi, qu'en son pays le petit doigt de fer ferait qu'on dise oui, à tout ce qu'il sait taire... Elle - opérait la nuit (quand d'autres pensent à braire...).

- ...une part à l'ennemie, que l'autre avait bannie ? (la fille omet la mère... qui n'aurait pas ourdi).

- Vous ? - enfant de la Terre, écoutez bien ceci : l'ombre du Monastère est à notre merci...  Vous étiez l'équivoque - et l'ancienne partie...

 

* * * 

  

Le travail s'est parfait dans la partition à écrire. Tout est affaire de dons - restés à définir...

- Aurait-elle donc... menti ! Vivez votre vie belle.

Voyez le caractère... vous n'avez pas voulu... elle n'avait plus paru. Etrangère vertu de qui s'est fait un ange, n'est-ce pas ?

- Aurait-elle su ? Je l'ai trouvée émue, devant ce fait étrange, que vous aurez vécu...

Tout est affaire de sens - triste, était leur amour d'un pitoyable effort. Ecrire à l'oracle pensant, cessant, voûtant l'ennui - vissant encore ses rêves, las - d'entonner en cage...

 - La pensée pour chacun, mais le baiser pour tous ? Une pensée pour vous... un baiser pour chacun.

 

* * * 

 

 - Les mots affluent vers moi, d'une effroyable erreur... Faut-il en faire ici le pont ?

Son doigt de fée s'en est allé courir derrière la foule ! La soif, l'aubépine, deux ennemies au bain... La folie est courante ! Je voulais dire la chance, à ceux qui ont trahi, ceux-là - emplis de doutes, mais enfermés - aussi. 

- Son silence d'envie... parricide. Fortuit...

- Lire ? - à moitié saoulée par la joie... Détruite - par l'autre investiture - que sont vos lois.
 
Colère, enfin te voilà ! Humainement visible. Tu sourds comme une image - et ton message éteint - s'était mis à revivre, et nous le sentions bien - assis parmi les pauvres vivres... 

- La bêtise seconde - où le plaisir s'atteint. Vous trouveriez vous-même, en l'état d'être sourde...

 

* * * 

 

c1259ab576ee315a3397979a6cb9069d.jpg
 

 

 

Comme une image...

 

Colère, enfin te voilà... humainement visible ! Tu sourds comme une image - et ton message éteint - s'était mis à revivre, et nous le sentions bien - assis parmi les pauvres vivres... 

- La bêtise est seconde - où le plaisir s'atteint... Vous trouveriez vous-même, en l'état d'être sourde.

 

57ab1fef75327f8fad56326668be1b3e.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire

 

5fd96650a3f809431c0557088a0416b9.jpg

- Lire ? - à moitié saoulée par la joie... Détruite - par l'autre investiture - que sont vos lois.

 

 

 

 

 

Silence d'envie

 

afd8ee15d60e68c4586c4432a8d2e8b8.jpg

 

 

 

 

 

 

Son doigt de fée s'en est allé courir derrière la foule ! La soif, l'aubépine, deux ennemies au bain... La folie est courante ! Je voulais dire la chance, à ceux qui ont trahi, ceux-là - emplis de doutes, mais enfermés - aussi. 

- Son silence d'envie... parricide. Fortuit...

 

Effroyable erreur...

 

e214a4e8ec10f5a41b659f5d8067dacd.jpg

 

 


 

 

 

 

 

- Les mots affluent vers moi, d'une effroyable erreur... Faut-il en faire ici le pont ?

 

Ecrire...

 

14fbe893d29d6c621108d4a5e0dd0220.jpg

Tout est affaire de sens - triste, était leur amour d'un pitoyable effort. Ecrire à l'oracle pensant, cessant, voûtant l'ennui - vissant encore ses rêves, las - d'entonner en cage...

 

 

 
 - La pensée pour chacun, mais le baiser pour tous ? Une pensée pour vous... un baiser pour chacun.

 

 

blancheneige

 

6323174e2b760578f28147ec76fb871c.jpg

 

 

 

24/11/2007

Etrangère vertu...

 

deafe0e033919ce429a88d4b3c1fb227.jpg

 

 

Le travail s'est parfait dans la partition à écrire. Tout est affaire de dons - restés à définir...

- Aurait-elle donc... menti ! Vivez votre vie belle.

Voyez le caractère... vous n'avez pas voulu... elle n'avait plus paru. Etrangère vertu de qui s'est fait un ange, n'est-ce pas ?

- Aurait-elle su ? Je l'ai trouvée émue, devant ce fait étrange, que vous aurez vécu...

 

23/11/2007

Enfant de la Terre

 

6b819025e10c34d2e966de9f8a3a5983.jpg

 

"Elle"... n'aurait rien à voir.

La petite fille n'avait rien eu à voir, dans la brutalité d'essences - un biais vertigineux, ou la cisaille de l'antre - un, seul, déprimé, abandonné - à son dieu.

"Viens..." - murmurait sa gueule ouverte, les jambes - froides, priant d'y engloutir un avenir du monde...

"On ne papote pas sur l'avenir du monde..." - répète un père, qui dans la fronde aurait grandi les armes et, crépitant le seuil encore tout engourdi, là, juste à côté d'elle - et puis, de qui la gronde - hautement souri. 

(Humm... le métier est trop dur ! Le petit bout de terre... sera-t-il donc honni ?)

L'enfant lit à son père - encore tout ébahi, qu'en son pays le petit doigt de fer ferait qu'on dise oui, à tout ce qu'il sait taire... Elle - opérait la nuit (quand d'autres pensent à braire...).

- ...une part à l'ennemie, que l'autre avait bannie ? (la fille omet la mère... qui n'aurait pas ourdi).

- Vous ? - enfant de la Terre, écoutez bien ceci : l'ombre du Monastère est à notre merci...  Vous étiez l'équivoque - et l'ancienne partie...

 

* * *

 

b4fea4b55472429c813a5bbd236eb96d.jpg