Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La foi des étranges... | Page d'accueil | Sa nébuleuse du cône... »

01/02/2008

Anathème

 

Au silence des mots, de la voix, à l'absence de deux, d'une pensée qui voit, j'inscrivais donc, en faux, une vérité d'anathème - des mots - en âge : ma vie n'est pas coupable. Je veux construire en dur un parchemin d'échos, partir loin de moi-même, à l'intérieur de ces terres bénies. Tu renies un poème...

 

e0c5615d6f6976c20f988c1094c2701f.jpg

 

 

 

Commentaires

Toujours beaucoup d'échos, ici, en moi...

Écrit par : S. | 02/02/2008

Partir et revenir... comme Pinocchio ?

Écrit par : Mth P | 02/02/2008

Bonjour !

Je devrais peut-être rougir - comme Pinocchio, de si belles visites...

Mth P > tu m'as troublée... pourrais-tu m'expliquer ? Crois-tu que Pinocchio serait bien revenu sans le chemin existé ?

S. > Je suis passée chez vous, j'ai encore moi aussi aimé. Votre approche est (encore) articulée, comme un peu la mécanique de l'écho (?).

Répartir... un bout... afin de... revenir... debout ?

Écrit par : Marie Gabrielle | 04/02/2008