Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Sa nébuleuse du cône... | Page d'accueil | ...singulière. »

04/02/2008

Julia Kristeva

8fc221a57c3d9adb4348af63c6261f83.jpg

    "Contrairement à ce que l'on voudrait nous faire croire, le heurt des religions n'est en fait qu'un phénomène de surface. Le problème de ce début du troisième millénaire n'est pas la guerre des religions, mais la faille et le vide qui séparent désormais ceux qui veulent savoir que Dieu est inconscient, et ceux qui préfèrent ne pas le savoir, pour mieux jouir du spectacle annonçant qu'Il existe. La médiatisation globalisée soutient de toute son économie imaginaire et financière cette seconde préférence : ne rien vouloir savoir pour mieux jouir du virtuel. En d'autres termes : jouir de voir des promesses, et se contenter de promesses de biens, garantis par la Promesse d'un Bien supérieur. Cette situation, en raison de la globalisation du déni qui lui est consubstantiel, est sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Saturée d'entreprises de séduction et de déceptions, notre civilisation cathodique s'est révélée propice à la croyance. Et c'est en cela qu'elle a favorisé le revival des religions". 

 

 

Commentaires

Paroles d'une femme qui ne connaît ni Dieu, ni la compassion, ni le coeur des autres et des peuples, ni le fait de donner la liberté avec la vie.

Écrit par : Alina | 04/02/2008

Bonjour Alina,

Je ne comprends pas bien si vous vous en référiez ici à une lecture "mauvaise" que j'aurais pu faire de ce texte - en ayant jugé "bon" de le publier, ou bien à une "vérité vraie" de l'auteur, qui se verrait alors personnellement mis en cause.

Mon avis est qu'il ne faudrait pas confondre la trace inévitable d'une expérience littéraire - faisant de Julia Kristeva psychanalyste, un merveilleux marionnettiste - avec cette hypothèse qu'elle aura fait l'objet de la manipulation dont elle semble au contraire (au fil de cet ouvrage...) parfaitement concevoir le mobile.

Bien à vous,

(Je publierai demain encore deux extaits qui conduiront, je l'espère - les lecteurs - à l'aube de ce "génie de la maternité"...).

Écrit par : Marie Gabrielle | 04/02/2008

Bonjour Marie-Gabrielle. Cette langue est fausse, voilà tout. L'entende grincer qui a des oreilles ! Bon courage à vous, si vous persévérez...

Écrit par : Alina | 04/02/2008

Chère Alina,

Je ris si volontiers... car votre évocation des cordes frottées... quand la mienne informulable disait les cordes frappées.

Merci de votre passage.

Écrit par : Marie Gabrielle | 04/02/2008

Chère Marie-Gabrielle, ce qui m'a frappée, moi, et fait réagir un peu vivement, c'est qu'on affirme "Dieu est inconscient" comme si c'était une vérité scientifique. Comment peut-on construire un raisonnement (je ne parle même pas de pensée) valable à partir d'une aussi peu fiable fondation ?
Alina, petite-fille de maçon.

Écrit par : Alina | 04/02/2008

Ne vous inquiétez pas pour la vie, et le vivement...
Si vous voulez, je ne pense pas qu'il fasse "Lui" apporter des sels ou ce genre de machin, non non.
J'ai cru saisir que cet inconscient tient à "l'établissement" d'un lien.

Toutefois, je n'ai pas fini une lecture synchronistique, même un peu rallentie.
Et puis, c'est un peu comme un bord ou la marche de l'océan, que j'aurai décidé de franchir demain...

A demain ? (j'ai le ménage à faire et cumule, je pense que vous comprendrez...).

Écrit par : Marie Gabrielle | 04/02/2008

"Se contenter de promesses..." Allez tenir ce discours à un croyant, chrétien ou musulman, qui comme tout vrai croyant se bat contre ce monde d'illusionnistes dont Kristeva fait complètement partie, et finira d'ailleurs par le renverser.
A une autre fois peut-être, mais pas à demain, car il n'y a dans tout ce pénible baragouin rien à saisir pour se battre un peu honorablement...
Alina, petite-fille de militaire, par ailleurs.

Écrit par : Alina | 04/02/2008

C'est pour éviter ce "baratin", que j'ai moi-même décidé de "détour-er", comme j'ai pu, matériellement, et par respect pour le travail réalisé par Madame Kristeva, en tout état de cause.

J'aime que vous soyez petite-fille de militaire. Chez moi, pas mal de branches pauvres et de méritocratie... rien à perdre non plus.

Je fais comme vous donc, et de mes spaghettis quelques cheveux d'ange...

Très bonne soirée,

Écrit par : Marie Gabrielle | 04/02/2008