Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un Homme et une Femme | Page d'accueil | Cent 11 »

23/03/2007

Chat Mouche

 

Chat, pot chinois tri, plomb la mise, à vent, d'allant biquet, m'arrive Mouche (bis)...

 

 

Une relation de pouvoir se nourrit de l'inné rejettant l'acquis par un principe induit rendant impossible à cette créature qui la subit tout acte culturel et/ou de connaissance - avec, et pour s'ensuivre - la profonde souffrance éprouvée face à l'interdit appliqué à la démarche cognitive alors dans son ensemble...

 

 

Un corps de fond et d'espèce préféré au mien... étiez-vous si nombreux à vous dire poètes ? le passé que je traite est un autre combat redisant - mains ouvertes, et ramenant nos dettes - à de plus petits pas... Quitte ton cri ! Appelle à l'autre enfance - celle que tu as blanchie - ce bébé... alors conçu dans d'autres sphères.
 
Debout, guerrière ! Ta langue offerte au couteau s'est ouverte - apôtre et lettre de la conduction... car tu ne fus pas prête à entendre cette malédiction d'alouette au front. Je ne te sauverai pas, mais entends-le - si tu veux bien - loin de moi...
 
Tu sauveras les mystères impénétrables de l'être qui ne peuvent qu'être possédés : bruissements applaudis des cimes à l'arbre coloré... qui  pourraient, sans miroir - anéantir le noir - aveuglés, par l'espoir. 

 

Commentaires

A l'alambic des mots
dans la deuxième strophe
j'ai cru apercevoir prélude aux génocides
...
mais sans doute n'ai je pas tout compris et d'ailleurs est-ce nécessaire, ici?

j'aime beaucoup le " debout guerrière! Ta langue offerte au couteau... je ne te sauverai pas"
il ya là quelque chose de flamboyant.

Écrit par : Viviane | 24/03/2007

"Tu sauveras les mystères impénétrables de l'être qui ne peuvent qu'être possédés "

Superbe. Juste .
Merci mg.

Écrit par : X | 24/03/2007

Viviane > Je t'entends... dans le seul sens du terme. Et fus si touchée de ce dernier mot à venir de toi. J'attendrai donc de te revoir... et remercie, d'avoir déposé tes mots ici pour quelques autres. Je suis heureuse aussi d'un passage chez toi...

"X" > Je suis heureuse que cela vous touche...

Écrit par : Marie Gabrielle | 26/03/2007