Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Cent 28 | Page d'accueil | Cent 21 à... cent 40... »

17/04/2007

Domino

 

Un domino s'attribuait les hommages d'un tigre idiot :


- Arrh ! que faire des troubles oripeaux ? ruminait-il crapeau, dardant trois vers de peau sous la lune arrangeante... 

- Domino, si peux là, chuchota la crevasse à l'envers de ses bas...

- Joli jeu... quel troupeau ! bina-t-il dodelinant ses ailes de feu à l'azur de ses yeux. 

- Increvable !

- Minuscule étrangère, alors que faire de vos hivers ? pensait-il fort haut, pauvre idiot !

 

 

...plutôt contre son corps... épouser la vague très longue sans forcer la matière douce et concentrée de son île à s'éclipser impatientée de vos mots envolés ou posés sur la tombe balancée au gré de ses soupirs étouffés. 

 

  

Je fuis - seule, imagine la gueule à son oubli plagiant une mémoire d'araignée, buvant la page demeurée blanche, d'une féminité jumelle et de gémellités femelles... rappelle-toi donc la page écrite en blanc : Carthaaaage ! Une ligne pensa la transhumance carencée par ta joie contemplée - pour cette vie qui rétablit l'oubli d'un interdit... Toi, tu comptais - en dessinant aussi, mais de ta voix la honte était à la merci miraculée des tombes qui t'avaient saisi. D'où vint que je souris au partage de blanches noires engloutissant alors piano les branches parmi lesquelles je fis encore un petit nid ?
 

Commentaires

Oui... nous n'écrivons pas... les mots s'écrivent juste à travers nous...

Écrit par : Nebo | 24/04/2007

Pas d'accord du tout. Les mots sont travaillés par la ressource intime et la loi du plus fort.

Écrit par : Marie Gabrielle | 24/04/2007

C'est toujours le même poème, le même roman, la même pensée... qui s'écrivent à travers nous... seulement, parfois, certains écrivains, penseurs et poètes loupent la cible, font barrière, détournent le propos, s'aventurent mal... le Verbe tente sa percée... et le travail consiste à l'accueillir... au moment de l'acte il faut juste être humble... modeste antenne... continuer à creuser le filon qui se présente pour se saisir des pépites... ou du charbon pour l'oeuvre au noir... en priant...

Écrit par : Nebo | 24/04/2007

Certaines femmes, aussi... mauvaises, à la jonglerie.

Écrit par : Marie Gabrielle | 24/04/2007