Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rangée de mon amour | Page d'accueil | Cet argent mort »

06/06/2007

"A mon seul désir..."

6df3f8144b89e989415633e850999e28.jpg
 
 
La Dame à la Licorne
Musée du Moyen Age
Paris 
 
 

Commentaires

Salut à tous !

Je pars faire un tour sur vos blogs, et vous laisse en excellente compagnie (ne trouvez-vous pas ?).

Mon refuge... un temps passé - central et à Paris,
Le très curieux langage d'une Dame, paraîtrait-il - pour un décryptage amoureux...

Je répondrai bien sûr aux mails, et puis aux comm.,
pendant cette courte vacance,
que je m'accorde...

Joli printemps, bel été à vous...

Écrit par : Marie Gabrielle | 06/06/2007

Quelle oeuvre magnifique !
Savez-vous, Marie Gabrielle, que je suis allé bien des fois visité Cluny (aujourd'hui, je passe à côté tous les jours). Je suis transporté par cette oeuvre sublime.
On ne pouvait mieux choisir...

Écrit par : Ezrah Wyden | 06/06/2007

...visiter... hum...

Écrit par : Ezrah Wyden | 06/06/2007

Je rêve... proprement. Tout se brouille. Le retour impossible des souvenirs. Les bonnes choses de Paris, les "vieux" endroits. Oui, j'ai été fan. Le suis toujours, même ébranlée...

Bonsoir Ezrah. J'aime beaucoup ce passage de la rue des grilles aux racines de l'arbre... uniques encore, et sans pourquoi. Le croisement - ce boulevard, la hauteur - sans doute, et les hauteurs de soi...

Merci pour ses images qui seront autrement habitées,

Écrit par : Marie Gabrielle | 06/06/2007

Superbe énigme de ces mains tendues- ouvertes qui , ne se refermant pas sur le coffre ouvert-offert, démesure le corps et son habitacle.

Écrit par : . | 07/06/2007

Oui, c'est une jolie panoplie. Je vais m'imprégner de la lumière que vous apportez au tableau - ".". Pour ma part, je ne les ai jamais observés... (avant ce tableau, il existe pour chaque sens une tapisserie, vous savez) sous "l'angle". Je ne refuse pas que d'autres puissent le faire. C'est seulement pour moi un grand d'effort - alors partagé ? Merci de votre vision de ce qui aurait été peut-être oublié.

Écrit par : Marie Gabrielle | 07/06/2007

Ma vision, comme vous dites a l'avantage et l'inconvénient d'être innocente . J'ignore tout de cette oeuvre , donc de l'ensemble dans lequel il s'inserre. J'ose-là peut-être un hors sujet.

Écrit par : . | 07/06/2007

Hors sujet qui semblerait pourtant bien pouvoir "épouser" le "tableau" c-à-d la Dame, avec ce visage-là qui n'est pas (n'a pas toujours été) le SIEN... (elle en a changé à chacun des panneaux).

Tous vos mots pèsent, non pas qu'ils attristent, au contraire puisque je dirais qu'ils font un peu comme un miroir secret, sans les paroles entendues, dans un silence parlant, c-à-d plein, rempli - comme un peu ce coffre ?

(Ne prenez s'il-vous-plaît pas mal cette expression que j'ai hésité à écrire, pour finir ma phrase... ce "vous savez", qui me fut dit lorsque j'avais 23 ans me laissant déjà muette ("tu sais !") - et que je commence seulement à croire. Un savoir cru, encore sans nul doute... peut-il encore être ?

Écrit par : Marie Gabrielle | 07/06/2007

Vous avez eu raison d'hésiter à faire chûter par ces mots votre phrase. Je ne les prends pas mal mais ils me font quand même bien sourire devant, comment dire?votre... méfiance?

Écrit par : . | 07/06/2007

Oui, je vous l'accorde. Votre observation est très fine. C'est la composition qui me gêne. Ni le fond, ni les personnages pris séparément. Le tout vu.

Écrit par : Marie Gabrielle | 07/06/2007

Peu de moyens, palette pauvre, très peu de tons, silhouettes étirées, loi de la perspective négligée cependant quelle intensité chromatique, quelle richesse dans la pauvreté...
Bonsoir Marie-Gabrielle!

Écrit par : Bona | 07/06/2007

Merci Bona ! Vous me "voyez" sourire à ces évocations. Vous avez tellement raison, mais cette pauvreté ne risquerait-elle pas de nous entraîner vers une sorte de myopie volontaire ? Que ce serait dommage... Heureusement, vous seriez encore là pour nous éviter cette tentation...

Écrit par : Marie Gabrielle | 07/06/2007