Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Insuffisante | Page d'accueil | Give »

24/11/2006

Désir

 

...fil à reculer... encombré des mains divinisées... au grand air à l'amour de spiralle... un doigt venin... banni... langue éventée - défaite... tendresse accompagnée... désir de toit... usant... habité... rencontré aimé... réparé rejoué... désir enfanté... lavé... chauffé... désirant... intégré...

 

 

Mon Amour.

Mon Enfant.

Mon Dieu.

Je suis.

Eux. 

 
   
Jusqu’à cette heure qui répertoriera l’erreur...
 
Saurais-tu l’écho du bonheur ?
 
Un lieu sans décombres devient papier cendré...
 
Le flux tapisse un damier qu’on n’a pas occulté.
 
Parole de rosée que l’on n’avait pas vérifiée.
 
La première fois qu’on y pénètre, mon cercle amidonné a la saveur d’un été aux remparts désirés par les entités criminelles…
 
Je comprends le courage de ceux qui m’ont aimée, admirant ma sincérité reconnue par l’altérité.
 
J’adore une fidélité défiant l’amitié -  et j’attends que nous attendions carcasses - de vaines timidités.
 

Commentaires

ces triptyques sont très prenants
le premier me dit le tourbillon
l'habit tua tion des jours et des nuits
du désir

le second
dans sa forme même est flamme
et ce je suis (être ou suivre?)

dans le dernier les É qui scellent la plupart des vers sonnent comme un appel
j'aime beaucoup la phrase " et j'attends que nous nous attendions carcasses"
un ser (re )ment du tout le corps en dessus en dessous jusqu'en ce lieu ou la peau ne cache plus rien des sentiments
en ce lieu tout au fond qui est à la fois eau lente et ravins.

Écrit par : Viviane | 24/11/2006

La section en violet me semble familière. j'entends.
Les remparts désirés me ramènent à Avignon. A la lecture ,je suis dans la situation d'un accord suspendu que n'entoure aucune tierce.
N'y a t'il pas un risque schizophrénique dans la section vert bouteille ? Un risque de silence stuporeux ?
Dans tous les sens du terme: une écriture sans sujet ?
Je cherche un pôle, un amer, un nom...

Écrit par : koan | 24/11/2006

Bonjour Viviane, et pardon de ne répondre qu'un lundi, mais je tâche actuellement d'adopter une discipline qui permette à ma famille de vivre heureusement ma présence sur la Blogosphère - pour mon bonheur... aussi, et ne "blogue" pas pendant le week-end.

Moi aussi, j'aime cette phrase, que j'ai (un peu) modifiée par rapport à sa version première (en ajoutant le trait d'union...).

Je vous remercie bcp de votre ressenti sur le "je suis", qui m'a vraiment apporté, profondément...

Enfin, j'aime votre poésie et me suis trouvée heureuse de ce petit bout de tissu - de couleur... que vous auriez accroché à ma vieille branche, ici, en passant.

Merci - et, à bientôt !

Écrit par : Marie Gabrielle | 27/11/2006

Merci Koan... je ne peux rien ajouter. Merci de me permettre d'entendre ma voix.
A bientôt ici ou ailleurs, pour que notre chaleur soit humaine...

Écrit par : Marie Gabrielle | 27/11/2006