Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Si galamment... | Page d'accueil | Un feu d'Helvétius »

18/04/2007

Impair en pair

 
Un vent violent avait couvert l'enfer de mon âme
 
bradée

pour un recueil de terre sans sel amidonnée contrefaite l'idée que j'avais de nous taire...

J'avais nourri l'idée méritant cet enfer,
 
élimé mon service aux mots,

abusé des oiseaux de pierre

fondant la neige en un précieux mystère facile,

hostile

et sans manière

passé

la tangible lisière

sous la rime d'hier...

 




Effacer... commencer, se mettre en marche, face à l'ingratitude... un peuple ? mais non, soi-même - nous.

 


Pour vous, tout était cour d’orangé contre jour - en position ennemie... Nous étions deux à écrire un chemin à ce rythme indien - d'où je pêchais alors l’essence de mots qu'accompagnait le peu de pluie nomade. Oublier ce monde où tout survit sans entrer dans l’Histoire ? Sommes-nous donc ce fruit de notre castration ? La femme qui accompagne - comme je l'aurais pu faire : comment brise-t-on ses entrailles ?  Je n’oublie donc jamais sa rivalité d’enfant déplacée incorrectement muette... celle qui rogna des ailes par nature innocentes... isolante... distante…

 

 

Commentaires

On mérite toujours son enfer... son purgatoire... son paradis...

L'enfer (comme le reste) ce n'est pas les autres... c'est toujours soi-même... Sartre fut absurde jusque dans ses postulats...

Écrit par : Nebo | 24/04/2007

Ce n'est pourtant plus à l'ordre du jour... un peu comme si l'on avait pu longtemps dans les rangs nier la maille tombée lâchée...

Écrit par : Marie Gabrielle | 24/04/2007