Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Entêter | Page d'accueil | Castrateur »

18/04/2007

Manquer des mots

 

Manquer des mots pour dire à la police où loge cet amant qui passe, au caniveau charriant des mégôts bâtards, l'oeil d'un phare animé par son dard en fayence... et leur accoutumance aux fragiles hosties arrivée air de chance, blanche !

Manquant de mots dire l'appât rance obéi par la transe souriante logeant mes errances, adressant à celui qui vient sa couleur folle à ce point d'outre tombe, tournée affollée sole blanche ou corolle longue épiée par le soleil repentant.

 

 

Je fonds et l'eau du bain est propre, limpide et claire : elle coule de source, comme ce filet à la patte en salvateur des dieux de notre poème...  

 

 

L’oracle est un sabre. Nous convertissons maudits. Autorisant, soulageons les faibles. Diffamons. Roucoulons. Sifflons. Dissimulons. Violons.  Piégeons. Lâchons. Dévoilons. Enfermons. Finissons. Evoluons. Dictons. Générons. Le vide est notre malédiction. Plantations d’arbres reconnaissables à l’urinoir des donations... pardon, continuation du cycle des trahisons qui associe la mère au moins dans l’inversion. Le corps et l’esprit trop souvent créent des interférences créatives. Que met-on au monde et pour quel type d’oblitération ? Des sexes croisés serrés noués ? Je voulais l’amour, rien que l’amour du seul amour, et nous perdions hantés par l’armée des indiscrets payés d'êtres animés... le chemin immense resté à parcourir intense. Ce débile âtre en bois des rencontres valables, disais-tu ?

 

Commentaires

On croit être parvenu
une fois le pacte scellé
or, rien ne parvient jamais
et même Dieu promet l'Infini

Écrit par : Nebo | 24/04/2007

Manquer des mots, cela arrive... manquer de mots nous interdirait...

Écrit par : Nebo | 24/04/2007

Votre première intervention est terriblement sexy, pour Dieu... votre seconde est pour moi libératrice...

Écrit par : Marie Gabrielle | 24/04/2007