Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Captif dit de l'esclave mourant | Page d'accueil | L'abus du maître »

09/11/2006

Impair en pair...

"Impair en pair"... 40 notes à venir, et un petit fagot de mots déjà si chauds à la froidure des braises...

Crépitement d'un hiver silencieux à venir, elles se feront discrètes... sauf à vos comm. ?

Blogguer (...et parfois même catcher !) a déjà fait de ma demeure une auguste masure... 

La famille aussi a besoin qu'on lui dise "oui"... de temps en temps...

Oui ! merci !

Je serai présence - disant même plus... délitescence - pour vous...

Newsletter... 

Comm. ouverts...

Je vous salue, sincèrement. 

A très bientôt... 

 

Commentaires

"Un être en pair", c'est quoi ?

Écrit par : koan | 14/11/2006

Koan, "l'être en pair" poétique (je vais corriger), serait d'avoir oublié que la poésie ne donnait aucun droit à l'immobilisme.

Je suis ouverte et par avance à toute formulation étrangère (à la vision actuelle) afin d'élucider au mieux mon propos...

En d'autres termes, Koan, "l'être en pair" identifie à l'état de poète, et non à son rôle, ni même encore à son action.

Écrit par : Marie Gabrielle | 14/11/2006

Trois différences ?

Écrit par : | 14/11/2006

Je crois, pour commencer.

Écrit par : Marie Gabrielle | 14/11/2006

Pas compris. épais. Lourd. En plus, j'adore l'immobilisme, constatant que plus les hommes agissent, et plus le monde meurt...Mais peu importe, pourquoi ne pas écrire : l'état de poète alors ? Ou mieux, comme je l'écris moi-même, " en stase poétique ? " Ca marcherait ou je n'ai rien compris ? Vous savez bien que poésir en Grec signifie "agir/action... Le verbe est performatif, je pense.

Écrit par : koan | 14/11/2006

Vous avez ENCORE raison, Koan... l'immobilisme interroge un regard ouvert à 360 degrés, sa question "pourquoi" s'adressant au moindre petit doigt bougé...

Marie Curie disait, qu'il "FAUT AGIR !". C'est en ce sens que je le crois aussi.

Je ne connais pas l'expression de "stase (extase ?) poétique" et tâcherai de l'y voir chez vous.

Je n'ai pas dit, remarquez, que le poète n'avait pas le droit - bien au contraire, d'opérer immobile ; j'ai précisé que cela n'était en aucun cas un privilège assis sur un droit.

Oui, ça marcherait, comme vous dîtes..

Écrit par : Marie Gabrielle | 14/11/2006

Koan > j'ai apporté quelques modifs à ma note grâce à vos interventions judicieuses... ça va mieux comme ça ?

Écrit par : Marie Gabrielle | 14/11/2006

Un poète et un poème qui marcheraient "à l'autre", ici le "pair", dans le sens où ce serait cet autre, ce pair qui fournirait le souffle de l'inspiration ?

Écrit par : varna | 14/11/2006

yes Sir, comme on marche au super... sans tongues.

Écrit par : Marie Gabrielle | 14/11/2006

Euh, je ne suis pas sûr que ça méritait une modification...Excusez-moi...

Écrit par : koan | 14/11/2006

Euh, je ne suis pas sûr que ça méritait une modification... Excusez-moi... Je ne suis pas assez cultivé pour juger de la différence. Disons-le ainsi , je me sens "poète" (si seulement...) du sensible, plus que de la pensée...Bonsoir à TOUS les commentateurs aussi.

Écrit par : koan | 14/11/2006

Pneumatique à l'adresse des lecteurs du futur... la note initiale a été effacée par le sable charmant.. et remplacée.
Merci de votre patience, et compréhension.

Écrit par : Marie Gabrielle | 14/11/2006

Smack amical et salutations tout aussi amicales à votre famille.
koan

Écrit par : koan | 14/11/2006