Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Réjouissante patrie | Page d'accueil | Cent 02 »

15/03/2007

Cent 01

 

 

LE JOUR EST AUJOURD'HUI CELUI D'HIER.

 

 

 

 

Commentaires

Mais il n'y a pas de passé possible parce que le présent est de tous les instants ?

Écrit par : *0* | 15/03/2007

*0* > ...et demain ?

Le présent est-il fait de transmission d'un objet solide, ou bien d'un message ? Passation - et ? - multiplication ?

Si l'on joue sur les mots - pianote, ou danse : ici, "jour"... là-bas, "présent" : j'opterais pour un présent d'aucun instant, sinon comment pourrait-il se "présenter", au sens aussi d'un cadeau ?

Il y faut l'espace... et une bonne dose de contradiction, non ? puisque : pourquoi sinon ce jour-ci se trouverait-il à être l'aujourd'hui nommé de tout cet hier-là, hwmm ? Hou-LA...LA.

De quel jour parle-t-on ? Qui ? Combien de tons à la gammes des planque-t-on...

Je vais me coucher... je pense à toi et au jour que nous verrons se lever demain.

Écrit par : Marie Gabrielle | 15/03/2007

ki c ka dit à peu près que chaque jour qui vient n'est pas forcément un jour qui commence?

Écrit par : X | 16/03/2007

X > si je vous dis : "Lorsque vous étiez de retour, je vins" : la musicalité semble s'y (si !) trouver... mais la concordance ? Je m'y trompe - personnellement, mais vous ? Imparfait et passé simple seraient donc sacrés rivaux dans l'art d'écrire - quoi ?! de la musique ? Certes pas... l'amour en héritage ??

Bien à vous sur la Terre d'égaux sous l'égide amoureuse fugace du temps des soli...

Écrit par : Marie Gabrielle | 16/03/2007

"Lorsque vous étiez de retour, je vins"
Vous êtes musicienne.
Je suis exacte.
Ce qui ne veut pas dire que parfois...mais toujours dans l'exactitude.

Écrit par : X | 16/03/2007

X > (je n'ose ici point vous répondre).

Écrit par : Marie Gabrielle | 16/03/2007

Rien n'oblige en effet à ne plus laisser bégayer le temps, sous la tutelle protectrice de l'imparfait.

Écrit par : X | 16/03/2007

X > Que l'on puisse m'interdire... d'user d'un "effectif" - en ces moments-ci - chez moi, cela je le comprends à vous sentir dès à présent personnifier l'imparfait, dont vous sembleriez faire alors... un avatar du temps ?

Nous nous sentions loin (c'est vrai) du tchiti - tchiti bang-bang...

Écrit par : Marie Gabrielle | 16/03/2007

Je joue : l'infinité enchevêtrée de jours fait tenir le présent tout debout (présent !) tou(s)jour(s) identiquement différent quand sonne l'heure (glissante) des jours anciens...
et de ton tchiti-tchiti bang-bang je pleure en déployant mes ailes au dessus du monde... !

Écrit par : *0* | 16/03/2007

"O"> je comprends tout - ami mot, sauf : pourquoi... "je pleure" ?

Et la logique ternaire faisant douter encore que j'aie pu avoir entendu rien (à la chose)...

Écrit par : Marie Gabrielle | 16/03/2007

De Verlaine à mes cours d'anglais passés (tchiti-tchiti bang-bang version automobile volante tu connais ??) me fait pleurer de plaisir (présent du passé présent)

Écrit par : *0* | 16/03/2007

Ce n'était pas une image, "tchiti-tchiti bang-bang" était bien le titre d'une histoire dont l'héroïne était une voiture volante...

Écrit par : *0* | 16/03/2007

Hier... aujourd'hui... demain... seul importe à mes yeux d'être dans le ICI et MAINTENANT avec une haute conscience de Soi et de l'Autre... poussière d'étoile perdue dans le Vaste Vestibule de l'Univers en expansion... Non ?

Bien à Vous...

@)>-->--->---

Écrit par : Nebo | 18/03/2007

*O*, je suis heureuse de ce partage (à nous) autour d'une simple histoire... oui, j'en ai gardé les illustations enfantines gravées dans ma mémoire - même si le livre ne m'appartenait pas et que je ne sais même plus chez qui je l'ai lu... il y avait aussi les sifflets (sucres) d'orge, hein ?! Le nom du chien ???

Écrit par : Marie Gabrielle | 19/03/2007

Nebo > Un point. Le jour est aussi la lumière (cf. ajouré, il y a un jour...), au sens du rai qui passe.

Je vous embrasse, et remercie de votre initiation.

Écrit par : Marie Gabrielle | 19/03/2007