Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les transparents... | Page d'accueil | Cent 55 »

14/05/2007

Panino Pianino (3)

 

Panino Pianino ignorait encore que la guerre noyait à ses pieds le ressac des dieux mitoyens... "Je ne sens plus qui est ma mère...", clama-t-il doucement - de sa voix portée par l'attention, comme une ombre rendrait à sa folie ce qui chaque matin occupe le champ de sa vision...

 

"A moi !" - s'esseya-t-il en vain... les mots ne sortirent plus que par un son mouillé, éparpillé - impossible - de pensées calcinées dans un état calcaire - la joie de s'exprimer, nouvelle encore, vague - un temps du seul baiser.

 

Panino Pianino percevait la présence de qui serait entrée vêtue de son pas calfeutré qu'il aimait contenir dans une allure de dame. Elle était apeurée...

 

Commentaires

Coucou vous...

l'est bizarre cette histoire.

Écrit par : tocktown | 14/05/2007

Vous trouvez, Tocktown ? Tant mieux, parce que je ne sais pas raconter les histoires.

Écrit par : Marie Gabrielle | 14/05/2007

donc c'est juste bizarre ?

Écrit par : tocktown | 14/05/2007

Non.

Écrit par : Marie Gabrielle | 14/05/2007

"Elle était apeurée..."
La présence?

Écrit par : . | 15/05/2007

Bonjour ".". C'est "elle". On verra qui plus tard...

Écrit par : Marie Gabrielle | 15/05/2007