Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Caillou urbain | Page d'accueil | Grand »

10/06/2007

Amour de cour

 

Tu aspires, aspires sans nulle envie de résister d'une part de désir enfoui du tréfonds de mon âme embellie par ta caresse sylvestre des embruns de l'amour de cour où tu aimes qu'un trou fleure là-bas, comme ce point...

 

 

Commentaires

C'est toujours... si beau.

Écrit par : Ezrah Wyden | 10/06/2007

Oui, mais ça se brouille... enfin j'ai dit oui.

Écrit par : Marie Gabrielle | 10/06/2007

Oui.oui.oui. Le chuintement féminin de la jouissance.

Jeux de langues subtils...

@)>-->--->---

Écrit par : Nebo | 11/06/2007

Merci de rendre la chose tellement plus accessible, Nebo... à l'ouïe. Toutefois, si je ne vous devinais pas si "pur", j'aurais peur. Car il y aurait l'amour, et puis viendrait le sexe, non ? cependant qu'à "l'articulation des deux", rien n'aurait paru devoir se lier définitivement, n'est-ce pas ? - pour un tout déjà caduque - je trouve...

Écrit par : Marie Gabrielle | 11/06/2007

trou là itou?

Écrit par : yoyostereo™ | 11/06/2007

Hé bien, Io - l'essentiel est là. Dans le parcours et surtout dans sa hauteur...

Écrit par : Marie Gabrielle | 11/06/2007

En ce moment tu sembles inspirée par le printemps et les fleurs avec ces poèmes qui respirent le fraîs.

Écrit par : Dharma Shishya | 11/06/2007

Et les acides aminés...

Écrit par : Marie Gabrielle | 11/06/2007

On a envie de dire "acides animées", juste pour leur donner vie.

Écrit par : Dharma Shishya | 11/06/2007