Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Panino Pianino (9) | Page d'accueil | Le deuil de son hasard... »

04/09/2007

Panino Pianino (10)

 

Où ce mot fuse qui distingue, comprenne à cet amant des saules un dévoiement honnête en cas d'égaré :  "You could and should..." - où ton âme ensorcèle - en dame à cet oubli des mots, la blanche fauchée...


Parole fuseau, langue capeline - grelot par un don de fer courbe à ses travers légaux, le livre jamais ne se vide où tu cherchas l'inspiration.


Les mots sont force et tu les dois égaux à ceux qui nous précèdent - Panino ! - que nous véhiculons, puisque le combat brise - en message au sourire figé - son ombre en propos ennemi...

 

 

Commentaires

"le livre jamais ne se vide ...

puisque le combat brise ...

Parole fuseau...

que nous véhiculons..."


Tout est dit !
On peut le redire autrement...

Ton écriture Marie-Gabrielle est comme un puzzle
où je retrouve mes chemins de traverses, m'y perdre encore une fois, quel gain de temps ! Merci !

Écrit par : Mth P | 04/09/2007

végétal ... racine, branche, feuille, fleur et fruit.

Écrit par : Caillou | 05/09/2007

Et en français, ça donne quoi?

Troublant mais ni clair ni beau.

Écrit par : panini | 05/09/2007

Mth P > j'ai vraiment pu concevoir l'éclipse d'après mon ignorance en matière solaire...

Caillou > merci d'illustrer l'abandon auquel on s'invite...

panini > ...auriez-vous de ces références ? Le titre auquel vous sembleriez vous en rapporter demeure inchangé...

Pourquoi et pour qui - "troublant" ?
Je me rappelle un ami qui aimait la couleur glauque encore après qu'on l'eût trahie jusque dans sa définition...
Mais ignorer ce qui trouble une eau claire ?
Vouliez-vous décliner ?

Écrit par : Marie Gabrielle | 05/09/2007

...auriez-vous de ces références ?

Vous parlez de quoi là ?

Écrit par : panini | 05/09/2007

Je m'en réfère tout simplement à votre "ça donne quoi en français ?" - placé au plus près de la situation en question.

(Il est vrai qu'il en existe de plusieurs types - fonctions du contexte.)

Écrit par : Marie Gabrielle | 05/09/2007

c'est à vous d'expliquer ces mots puisque vous les avez écrits.
C'est obscur et par là troublant car on ne comprend pas. Ca ne sert à rien de dire si on ne peut vous comprendre. A part les initiés. Et encore.

Écrit par : panini | 05/09/2007

Traîner les pieds au tapis des feuilles mortes, ou draguer l'étang ne serait pas également apprécié, je vous l'accorde.

"Ca ne sert à rien de dire si on ne peut vous comprendre". Voulez-vous dire que mon écriture ne servirait à rien au regard de mon propre désir implicite d'expression ? Ou bien qu'il vous aurait été difficile d'expliquer justement le choix de votre pseudo ?

Si seuls les initiés et encore pouvaient me comprendre, vous en feriez certainement partie.

Ces mots sont venus à moi dans l'entre-deux tours (des élections présidentielles). J'avais besoin de traduire ma perception des événements et en quelque sorte de participer. Panino Pianino est un prénom suivi de patronyme.

Écrit par : Marie Gabrielle | 05/09/2007

Ignorer ce qui clarifie une eau "trouble" ?
la question pour nous ne se pose pas

"par un don de fer"' l'eau de corps on le sait
ne s'entrouve qu'un court moment

solaire ou lunaire qu'importe

il s'agira peut-être d'agréger
des molécules instables

"déclinaison" songeuse
d'une re-division verbale
abyssale et rétroactive


à l'instant du sourire
on se tait

on contemple sans un geste de trop
la peau de langue aplasique
qui soulève le texte et son geiser

l'irruption de sens
redevient sur le coup
infractionnable , individuelle
et bientôt souveraine

on ne sait pas
on ne sait rien
on ne saura pas mieux
en mélangeant l'anxiété
aux eaux mêlées

on n'est pas initiés
on est de passage en apnée
aveugles volontaires
avec un masque inamovible
sur le nez et une bouche
de fortune...

on nage côte à côte
en s'éloignant souvent
C'est tout ! dirait M.D.

Bouffée d'ondes aux rétines....
Exsudation discrète...

Peu importe qui nous nomme
qui nous rate

On ne jure de rien ici
On voit double

Ne pas comprendre
est indiqué...

Pour autant...
La joie de lire est liquide

Imaginez , vous qui doutez, à la place des mots...
et bien plus que jamais aux cinq sens,
des couleurs et des textures
et vous ne serez pas quittés , ni absents à l'ombre du poème en chantier !


P.S

Il est risqué pour soi de vouloir détourner un "torrent qui flambe", mieux vaudrait flotter vers l'aval sur son dos...

Écrit par : Mth P | 05/09/2007

Mth P > grâce à toi, je me sens RESprier. Respirer, pardon.

Écrit par : Marie Gabrielle | 05/09/2007