Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2007-07 | Page d'accueil | 2007-09 »

29/08/2007

Panino Pianino (8)

 

Adieu des dimanches pluvieux - la rangée de douze sourit vicieuse absente au ventre malheureux - son corps est souple de la fumée d'un dieu et son amour - tangible - comme peut l'être au mort du regard uni - silencieux, le dialogue imperméable à l'aveu - disant qu'il savait mieux - le canal de buée, sur une plage horaire à ce fonds monétaire où tu voulais - pieu d'orge, en mystère ambitieux, mais toujours ce silence - ou le son silencieux...



Le sourire de ton ambition vaine enroule rance un jour de soie, pour y tracer le vers qui l'ennuie de sa liqueur en pire d'amours anciennes payées d'heures perdues - vaines - que Femme fit Ange...


Sa voix d'or lègue - langues - les ferments odieux que j'ignore et je fonds, imprégnée de la loi, au détour - pieds et foi - du refrain de sa main qui persiste - où l'amour était triste - quand il se ferait bien...
 

 

 

Panino Pianino (7)

 

Faire l'amour à ce dieu qu'éblouit ce que ne fit jamais un feu là où tu m'enfermas lorsque je te noyai au fluide parolier qui s'était publié...


Tabula rasa d'un saut divin folle à l'instant de se parler si haut fort à mes lèvres ou trop doux à mon coeur au temps que je vis seule en silence de nom...


Nos deux voix sont l'alliée du désespoir des phrases tombées si court caresse du doigt des beautés de l'amour en sa voie, pour toujours...

 

 

 

19/08/2007

Panino Pianino (6)

 

Deviendrait-on pas femme en reniant la féminité de sa culture de zouave au temps seul de l'échange entre élans pitoyables étant hissée toujours comme hydratant mirage ?
 
 
Elle savait ! fleur jaunie par sa hauteur - le héros pourpeline au souffle de la Terre - une déflagation figurant sa vérité...
 
 
Par une écoute saine l'expérience prévaut sur cette voix si grave en ce refus des mots que l'on dit pour se taire alors pris en défaut.

 

 

Panino Pianino (5)

 


L'économie des mots coûtait cher à ma flamme - ami dévot, car je serais sa dame - entendant retrancher de ce ventre fleuri plus de feuilles polies de points ailleurs du drame.
 

Ta poésie n'est pas, car je suis seule toujours en milieu transparent des paroles tenues par ce fond blanc du dos qui s'est tordu - Panino - toi et moi les eaux chargées d'une envie de compas de sa toise.
 

Les mots disaient un geste et la trame interdite à l'entrée condamnée que j'essoufflais en tête au corps un des semailles à ce voile à la face des choses de vie tracée en pauvre.

 

 

 

17/08/2007

Horizontales...

 

 

f81051218af52c3c85f22f7765091071.jpg

 

978ffbef2028bd80154457a54c4c2f5f.jpg
 
6248419a6a91d289a5d27e2e922b7e02.jpg
 
3bdc8a6207ad0e4a7c9ae68ec1ca1ab5.jpg
069a7008711fd005d736f93fd315901b.jpg
8747bb2f993e3fb9945aa03759eedaa8.jpg
b46ddfac20d5fe454aa6ceb41908ce01.jpg
59e676c38a16033e8ba2b97a0ea438ea.jpg
 
0d6948f3784ee01d18c9e19aa87fe058.jpg

10/08/2007

Cent 65

 
Sa limite à vous aimer aussi...

  

03/08/2007

Cent 64

 
Elle veut vivre sa vie diurne...