Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Parole de lait

    - Je suis une montagne. Incapable d’aimer sans la parole de lait...

      

     

     

    1a8b5eb8ec7c9b7aeb49254bf77a5640.jpg

     

     

     

  • Oui...

     
      
    54ce206b3e7609ec34d07715ced1fb67.jpg

     

     

     - Enfin, tout me parut pyramidal, tant l'arme est aux rebelles ce corps identifié... S'en est allée ta vie, son doigt - qui, sans espèce, orienta notre vie. Ta main, retombée sombre, au seuil d'un seul oubli.

    - Tu es l'homme. Aurai-je, de toi - porté - dans l'ombre - à cet hommage, ma loge d'ubiquité ?

     

    Marie (son corps graphique) aurait banni le "oui" de son vocabulaire, et cherché - tristement - à son retour d'exil - ce qu'il avait vécu : base d'étrangers libres et tendre adverbiale... Ou l'articulation de cieux hostiles au parfum d'oraison.

     

    - Tous les âges du désir étranglent un peu ma voix, celle du repentir. Vous avez tremblé...

    Le pourquoi avec le pourquoi. Le silence avec le silence. La solitude avec la solitude. Le plaisir avec le plaisir... 

     

     

    * * *

     

  • Le plaisir

     

    Le pourquoi avec le pourquoi. Le silence avec le silence. La solitude avec la solitude. Le plaisir avec le plaisir…

     

     

     

    e738667bfe53f341520c8b95a32336e3.jpg

     

     

     

  • Désir

     

    d3fb9098defd145db9853870f60591a2.jpg

     

     

     

    - Tous les âges du désir étranglent un peu ma voix, celle du repentir. Vous avez tremblé...


  • Marie...

     

    Marie (son corps graphique) aurait banni le "oui" de son vocabulaire, et cherché - tristement - à son retour d'exil - ce qu'il avait vécu : base d'étrangers libres et tendre adverbiale... Ou l'articulation de cieux hostiles au parfum d'oraison.

      

     

    b5b13e41c3aa97453463060457cc3ed6.jpg

  • Loge d'ubiquité...

     

     

    8897d099f58ad452f4e3d85e0518b8a9.jpg

    - Tu es l'homme. Aurais-je, de toi - porté - dans l'ombre - à cet hommage, ma loge d'ubiquité ?


     

     

     

     

     

     

     

  • D'un seul oubli

     

    74be45ea0850cc18d36ecdf09ec55d7c.jpg

     

     

    - Enfin, tout me parut pyramidal, tant l'arme est aux rebelles ce corps identifié... S'en est allée ta vie, son doigt - qui, sans espèce, orienta notre vie. Ta main, retombée sombre, au seuil d'un seul oubli.

     

     

  • Trilogie anomale...

     

    Le livre de l'anomalie, rédigé en prose poétique - est le récit d'un sauvetage et deviendra, sans doute - celui d'une évasion.

    Dans la narration, l'auteur s'est adressé à une personne nommée Anomalie - dont il se fait rapidement l'interprète, puisque modelée par son isolement, celle-ci pratique une langue étrange et ininterrompue...

    Dans son parcours d'écriture,
    Marie-Gabrielle Montant rejoint son personnage - "du présent au présent par le don" qu'elle lui aura fait d'elle-même, d'une femme à l'autre - ou d'un sentiment de perdition, à la certitude d'un salut.

    Ce texte est la traduction d'un symbolisme fort, en quête d'une femme virtuelle mais vitale, par le dépassement des images, évocateur de ce qui séparerait Eve, de Marie - et d'avantage de ce qui les unit.


    Le livre de l'anomalie récite un système de valeurs non établies ; ce faisant, il crée un vecteur de lumière intérieure, apte à la sauvegarde de la vie - avec l'implication de mourir à soi-même. Il nous ferait prendre la vague - sûrs, qu'arrivés au large, une terre nous aurait souri - d'une énième dimension encore bien réelle. Ce petit livre en volume n'est pas à chevaucher - étant déjà un premier pas - vers l'avenir, que l'on choisit de faire ensemble, dans la solitude de la lecture. 

    A travers son tout premier livre, la voix de l'anomalie s'est frayé un passage vers le large de ses autres mots... Le nouvel espace oriente - encore vierge, sa recherche de style - tandis qu'une poésie prodigue la structure et le support nouveau qui la transportent. Tout est alors permis : une plénitude de l'enfant, de l'instant - emplit sa suite heureuse, puisqu'approchait sa fin d'une quête navigable, franchissant déjà l'horizon visible du seul univers secret... A mi-parcours ouvrira donc la voie des mots à son autre, grandeur nature - dont la rencontre se parachève Au milieu des chants.

     

     

  • Progression douloureuse...

     

     

    da1cf7511baa5cec6f194b49d63cd305.jpg

     

     

     

    - J'ai refermé le livre - en pages d'à côtés - libre de votre amour, à l'étole du vide - gageant de son appât qu'il écoeurait l'envie de fondre, en d'épais manteaux - ce qui s'enguirlande... En allait-il d'une beauté profonde ?

    - Quand je m'ouvre, je ne sais plus si c'est pour t'accueillir, ou bien pour accoucher de toi. Je ne suis plus, dans la lumière de cosse ouverte, qu'un marron chaud offert à la chaleur des cimes... Je t'aime.  

    - Petit poussin anxieux des armées volatiles... tu formas bien un voeu, critique au sacre bleu - du centre d'une idylle à l'abîme anguleux. J'ai envie d'être tendre auprès d'un amoureux... 

    - Tes lèvres envers le mal ont cet esprit peureux, dispendieux d'une rose, au son mélodieux. Progression douloureuse... cri, miséricordieux.

    "...ce qui sera trop lourd là-bas, ne le serait donc pas ici", intervient la voix si petite. Irréprochable...



    * * *

     

  • La voix si petite

     

     "...ce qui sera trop lourd là-bas, ne le serait donc pas ici", intervient la voix si petite. Irréprochable...

     

     
     
    fbea9149f8472bc246f3fbf7778d238c.jpg

     

     

     

  • Tes lèvres

     

    - Tes lèvres envers le mal ont cet esprit peureux, dispendieux d'une rose, au son mélodieux. Progression douloureuse... cri, miséricordieux.

     

    a941b173bbaae953c03737d6f0ce6859.jpg

     

     

  • Tendre

     

    - Petit poussin anxieux des armées volatiles... tu formas bien un voeu, critique au sacre bleu - du centre d'une idylle à l'abîme anguleux. J'ai envie d'être tendre auprès d'un amoureux... 
     

     

     

    b00c7a690033e67a86f39f40c5790985.jpg
     
     
     
  • Je ne suis plus...

     

    8a80f9a554b92fc1da2e9317188e483a.jpg

     

    - Quand je m'ouvre, je ne sais plus si c'est pour t'accueillir, ou bien pour accoucher de toi. Je ne suis plus, dans la lumière de cosse ouverte, qu'un marron chaud offert à la chaleur des cimes... Je t'aime.