Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2007-02 | Page d'accueil | 2007-04 »

29/03/2007

Promenons-nous...

 

 

medium_100_0796.jpg

Je reviens dans trois semaines...

 

Bye, bye !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Cent 16

 

 

LA PHRASE EST CELLE DU SOUVENIR...

 

 

 

Cent 17

 

 

UN AMOUR D'ANTAN EST TOUJOURS PRESENT...


 

 

Cent 15

 

 

LA NUDITE DESENGAGEE DE NOUS


 

 

  

28/03/2007

Cent 14

 

 

AMICALEMENT VÔTRE ET MIENNE

 

 

 

Cent 13

 

 

LES MAINS CARREES DU DEVENIR ANCIEN


 

 

 

 

27/03/2007

Cent 12

 

 

A CE LIT VIDE JE N'AI PAS SOURI...

 

 

 

26/03/2007

Je cherche

Ce que je cherche n'est pas dans les blés,

Celui que tu cherches n'est pas encore né,

Ce que je cherche est encore fané,

Celui que tu cherches n'est pas oublié,

Ce que je cherche jamais encadré,

Celui que tu cherches briseur de baiser...

 

 

Ma vie est ce don que tu aimes et le ventre ombragé que je toise démente aventure et courage bleu d'un amour et carton douloureux de ces pages...

 

 

Sauvage Terrien inutile, participation du bien à l'adition des lendemains inscrits registres d'embruns. Communication du risque - annulation, au vice putain - ce mot que je lisse attentif en pétrifiant le pain. L'horizon s'est plissé précipité de mains en trachées policées des catins, mais tu es venu. Je fantasme, frôlant si court tes errements - chantant la locution aux deux amants jaloux sans maison…  emportés par une vague, lointain du vent. Le ciel serein, disais-tu ? Proie de plumes et de foin ?  Voici la fin attendue… je repoussai l’ombre... Aux silencieux interprètes je redis l’ennui… tristement alangui aux feux de l’oubli.  

 

Cent 11

 

 

MA RAISON VAUT AUTANT QUE LA VÔTRE.


 

 

 

23/03/2007

Chat Mouche

 

Chat, pot chinois tri, plomb la mise, à vent, d'allant biquet, m'arrive Mouche (bis)...

 

 

Une relation de pouvoir se nourrit de l'inné rejettant l'acquis par un principe induit rendant impossible à cette créature qui la subit tout acte culturel et/ou de connaissance - avec, et pour s'ensuivre - la profonde souffrance éprouvée face à l'interdit appliqué à la démarche cognitive alors dans son ensemble...

 

 

Un corps de fond et d'espèce préféré au mien... étiez-vous si nombreux à vous dire poètes ? le passé que je traite est un autre combat redisant - mains ouvertes, et ramenant nos dettes - à de plus petits pas... Quitte ton cri ! Appelle à l'autre enfance - celle que tu as blanchie - ce bébé... alors conçu dans d'autres sphères.
 
Debout, guerrière ! Ta langue offerte au couteau s'est ouverte - apôtre et lettre de la conduction... car tu ne fus pas prête à entendre cette malédiction d'alouette au front. Je ne te sauverai pas, mais entends-le - si tu veux bien - loin de moi...
 
Tu sauveras les mystères impénétrables de l'être qui ne peuvent qu'être possédés : bruissements applaudis des cimes à l'arbre coloré... qui  pourraient, sans miroir - anéantir le noir - aveuglés, par l'espoir.